L'Homme apparaît au Quaternaire

En cours jusqu'au Dim. 15 Mai

Monsieur Geiser est un vieil homme qui perd la mémoire. Seul dans son chalet sous une pluie infinie qui noie la vallée, Monsieur Geiser oublie, essaie de se rappeler mais ne sait plus. Il s’accroche à des bouts de papiers, fait des listes, découpe des encyclopédies et dévisse la main courante des escaliers. Exaspéré par la pluie monotone qui emporte des cailloux dans ses salades, inonde sa cave, et détrempe les moutons sur son chemin, il s’en va tout en haut de la montagne avec son parapluie. Il glisse sur le chemin de pierre mais continue, sans vraiment savoir pourquoi. La sueur sur sa peau se mêle à l’eau qui lui ruisselle dans le cou. L’odeur de la terre mouillée, de moisi le saisi lorsqu’il trébuche et s’écorche. Finalement, il fera demi-tour et ne quittera pas la vallée. Monsieur Geiser se questionne sur la terre sous ses pieds et sur les nuages dans sa tête. Il tâche de comprendre les êtres qui étaient là bien avant lui mais le brouillard gagne du terrain. Monsieur Geiser n’est pas un batracien. Il l’a su un jour mais aujourd’hui il se rend. L’érosion est un processus lent.

Peu d’auteures ont sondé avec tant de dextérité les méandres de l’identité des individus (et de la Suisse). Ici, Max Frisch ouvre une brèche dans un orage pour que nous puissions assister, emportées et chavirées, à la calcification de Monsieur Geiser. Et mAthieu Bertholet se charge de vous faire sentir la sensualité des pierres, l’éternité de la pluie.


Informations
Auteur, adaptation
Max FRISCH
Comédiens
Aurélien GSCHWIND, Céline NIDEGGER, JACOT-GUILLARMOD FRED, Zacharie JOURDAIN, Zoé SJOLLEMA
Mise en scène
mAthieu BERTHOLET
Assistanat à la mise en scène
Scénographie
Victor ROY
Costumes
Paola MULONE
Lumière
Victor ROY
Son
Quentin DUMAY
Entracte
Non